George Daniels, A Master Watchmaker & His Art (11042)

by Michael Clerizo

The watch must be original in design and conception and, when completed, beautiful in appearance.’ George Daniels, WatchmakingMaster watch designer and inventor George Daniels (1926–2011) was regarded as the finest exponent of his craft in the world. Over the course of his career he laboriously constructed just 25 unique mechanical watches using antiquated tools, creating almost every component by hand. Each is a work of great originality and exceptional beauty, and his creations are appreciated as milestones in the art of watchmaking.While admired for their lucidity of appearance and unadorned dials, Daniels’s watches often house a raft of exquisite complications, such as tourbillons, thermometers and power reserve indicators. His more intricate designs also incorporate perpetual calendars and minute repeaters, as well as indictors displaying mean solar and sidereal time, the age and phases of the moon, and the equation of time. Most significant of all Daniels’s contributions to the field of mechanical horology was a revolutionary invention of his own: the co-axial escapement. This, the first noteworthy advance in practical watch design since Thomas Mudge’s lever escapement of 1754, saved a mechanical watch industry in danger of being overwhelmed by mass-produced, quartz-controlled wristwatches. Within this elegant volume, detailed photographs of all Daniels’s unique watches (both dial and movement) can be seen, alongside rare and previously unseen images from Daniels’s own archive of photographs and working drawings.Michael Clerizo worked closely with George Daniels in the preparation of this book, the craftsman recounting episodes from his life and career over their innumerable conversations at his home on the Isle of Man. That ample biography is also contained herein, ensuring that the book is a fitting and authentic tribute to the greatest watchmaker of the modern era.

George Daniels, l’ascension d’un enfant des rues devenu le plus grand horloger de notre temps a l’image de son concitoyen Charles Dickens, George Daniels, né en 1926 dans un quartier pauvre du nord londonien, a connu tourments et privations depuis son plus jeune âge. Avec ses onze frères et sœurs, il vivait dans une profonde misère matérielle et affective. A cinq ans, il descella le fond d’une montre de poche à bon marché pour en scruter la vie intérieure. Cette expérience fut à l’origine d’une passion exacerbée pour l’horlogerie qui ne le quittera plus et forgera désormais son destin. Comme très souvent dans les familles nombreuses et pauvres de l’époque, ses parents l’envoient travailler, à l’âge de quatorze ans, comme ouvrier dans une fabrique de matelas qu’il s’ingénie à quitter pour trouver un emploi auprès d’un horloger. Il suit ensuite les cours du soir à Clerkenwell et s’établit comme réparateur de montres. Il travaillait alors régulièrement seize heures par jour. Dans cet ouvrage passionnant, Michael Clerizo relate les grandes étapes de la vie et de la carrière de George Daniels. Il explique comment il devint un restaurateur de montres anciennes pour Sotheby’s et écrivit un livre de référence sur son modèle, Abraham-Louis Breguet. Non content de suivre les traces de son idole, George Daniels était animé par l’ambition de le surpasser. Il construisit alors ses propres montres et inventa un mécanisme révolutionnaire : le premier nouvel échappement à voir le jour depuis le milieu du XVIIIe siècle. Il intégra son invention dans ses montres et entreprit de convaincre l’industrie de ses avantages à une période où le quartz semblait sonner le glas de l’art traditionnel de l’horlogerie. La même ténacité qui lui avait servi à sur-monter les innombrables obstacles qui se dressaient sur le chemin d’un gamin à l’accent cockney au milieu des années 1930, lui permit d’atteindre son but. Aujourd’hui, la plupart des montres Omega sont dotées de l’échappement coaxial inventé par George Daniels. Au cours d’une carrière qui s’est étendue sur six décennies, il n’a construit en fait que 25 montres, toutes des pièces uniques. Michael Clerizo a bien connu George Daniels et il s’est entretenu avec lui à de nombreuses reprises dans sa résidence de l’île de Man. La transcription de ces conversations reflète fidèlement la pensée et les principes d’un homme qui égalait son modèle historique par son propre génie. Abondamment illustré de photographies en couleurs de ses garde-temps ainsi que de nombreux documents d’archives inédits, le récit palpitant de Michael Clerizo ouvre au lecteur des aperçus fascinants sur la vie, la personnalité et l’œuvre d’un maître absolu en son art, un homme qui revendiquait fièrement son statut d’autodidacte.

216 Pages • 240 ill. •

Format : 29.5 x 29.5 cm.
Prix : CHF 120.00 • € 114.00

Available in English and fremch