Stephen McGonigle est l'un des frères fondateurs des montres McGonigle. Il fait partie d'une nouvelle génération d'horlogers fabriquant des montres dans son propre style en un petit nombre de pièces par an à la fois compliquées et simples. Pour voir des exemples, cliquez ici.


1. Que faisait votre père et votre mère? Décrivez nous brièvement votre enfance?

Mon père était compositeur au Irish Times et ma mère avait la tâche peu enviable de courir après notre fratrie de 8 enfants. Nous ne roulions pas sur l’or et nous élever n’était pas si facile, mais nous ne nous en rendions pas vraiment compte alors ce n’était pas si pénible pour nous. Je détestais l’école qui me le rendait copieusement. Les choses étaient bien différentes d’aujourd’hui en Irlande, et l’école n’avait pas de perspectives très motivantes à offrir. J’ai fait beaucoup de choses un peu folles dans ma jeunesse, mais fort heureusement, j’ai découvert l’horlogerie et cela changea tout pour moi.

2. Quelles ambitions aviez-vous quand vous étiez enfant? Que vouliez-vous devenir?

En grandissant, je me serais bien vu architecte, et j’étais plutôt bon en dessin technique. Mon père me trouvait brillant dans cette branche, mais en classe, je me rendais compte que je n’étais pas assez doué. Je me suis aussi demandé si je ne devais pas pas plutôt me diriger vers une carrière d’ingénieur en mécanique, mais là encore, j’étais peu motivé par le côté scolaire. Quand j’allais à l’école…

3. Quelle est votre premier souvenir marquant durant votre enfance?

Je me souviendrai toujours, étant en classe intermédiaire (donc vers 5 ans, je pense), que j’insistais d’avoir un baiser de la maîtresse avant de retourner chez moi, et ce, chaque jour. Ma maman m’a confirmé cette obsession, qui me rend d’ailleurs assez fier. Rétrospectivement, je vois où les choses sont parties dans la mauvaise direction pour le reste de mon éducation: comment le reste de mes études pouvaient rivaliser avec ça!

4. Avez-vous eu d’autres métiers? Quelles ont été vos autres occupations?

J’ai eu de multiples petits boulots pour la plupart, des jobs d’été surtout, en grandissant, mais pas de véritable métier en dehors de l’horlogerie. Je pense que ces petits travaux m’ont apporté mon ambition, car je ne voulais pas continuer à devoir les subir. Vivre en Suisse, un pays si (trop?) tranquille, m’a donné envie d’ouvrir un pub irlandais il y a environ 10 ans. Alors que j’ai beaucoup travaillé pour monter ce bar, je n’y travaille pas concrètement, et mon implication consiste à prendre part aux rencontres managériales, et de temps à autre à participer au travaux sur les installations. Même si techniquement, je suis aussi un tenancier de pub, l’horlogerie est toujours mon activité à plein temps. Le Café du Cerf, est d’ailleurs le meilleur pub de Suisse. C’est un fait!

5. Qu’est-ce qui vous à fait choisir de devenir un horloger? Pour qui avez-vous travaillé dans le passé? Qu’est-ce qui vous à fait décider de prendre la direction que vous avez choisie?

Mon père, ainsi que mon frère John, ont eu de l’influence. Et m’entraîner à m’amuser avec quelques mouvements à la maison (ce que j’adorais vraiment) a fait que le choix final était inévitable. J’ai travaillé avec bon nombre de bonnes maisons, et ces expériences, ont été très bonnes pour la plupart. J’ai travaillé avec Somlo Antiques à Londres (dont l’atelier a été fondé par Mr. Speak Marin himself), chez Christophe Claret, Arnold et Graham, Franck Müller et Breguet. Je  pense que le fait d’avoir pas mal roulé ma bosse d’une maison à l’autre était un indice que j’étais en recherche de quelque chose, et l’indépendance en était la réponse. Je ne reviendrais jamais en arrière!

6. Quel est le pire travail que vous avez du faire?

J’ai eu quelques jobs un peu pourris en grandissant. Des choses abrutissantes et propres à perdre son âme. Par contre, j’ai travaillé pour une marque horlogère à Genève pour une une très petite période et ce fût clairement mon pire travail. Cet épisode ne figure pas dans mon CV, et je n’oserai pas mentionner la société en question. Il va sans dire que ce fût mon travail le plus bref.

7. Quel a été le moment le plus dur de votre vie jusqu’à présent et comment l’avez-vous surmonté?

Le décès de mon père. Il est impossible d’imaginer ce que cela représente jusqu’au moment où vous le vivez. Je ne crois pas que l’on s’en remette jamais, mais le temps adoucit lentement la douleur.

8. Qui a eu la plus grande influence pour vous? Quelles sont vos plus grandes inspirations?

C’est très difficile à dire. Manifestement, mon frère John et mon père m’ont influencé, mais je ne suis pas certain qu’une personne ait un un immense effet sur moi. Quand j’étais enfant, je pensais qu’Ayrton Senna était le plus grand, mais il s’agissait certainement d’une admiration superficielle. J’admire les personnes déterminées et obstinées (d’une manière positive), tel que Senna l’était manifestement. De la même manière, j’ai récemment lu la biographie d’Elon Musk, et je pense que ses accomplissements, et sa motivation sont incroyables.

9. De quoi êtes-vous le plus fier?

Je pense que je suis fier d’avoir cru en moi (professionnellement) et pris des décisions impliquant un chemin sûrement plus difficile mais qui ont en fin de compte apporté de plus grandes récompenses. Je pense avoir toujours été honnête et être resté fidèle à mes convictions. Je n’ai rien fait qui mérite d’être crié sur les toits, mais j’espère pouvoir le faire dans un futur proche. Je pense que trop de personnes, moi compris, naviguent dans leur vie sans faire quelque chose d’authentiquement rempli de sens. Mais il reste encore du temps.

10. Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un dans la vingtaine qui penserait suivre une chemin comme le vôtre?

Ne le faites pas.

11. Donnez-nous trois choses qui sont sur votre liste de choses à faire avant de mourir?

Vraiment aider quelqu’un. Voyager beaucoup plus. J’adorerais savoir jouer de la guitare, pas juste grattouiller, vraiment savoir jouer.

12. Où pensez-vous que l’industrie horlogère en sera dans 10 ans?

Je m’inquiète pour la planète dans son ensemble, alors je ne sais pas trop pour ce qui n’est pas essentiel à la Vie. Bien qu’en disant ça, une bonne montre mécanique pourrait redevenir ce qu’elle a un jour été: une part essentielle de notre vie quotidienne.