Maximilian Busser. At the beginning of 12 questions I normally present the individual with a few words including the name which encapsulate the person, ie designer, watchmaker, journalist etc. With Max, I am little lost. He can't be so easily described; business man, entrepreneur, creator, visionary? What I can say, he is an individual who has helped shape a new generation of watchmaking and has helped many people along the way.


1.  What did your parents do?  Describe your childhood.

 My mother is Indian, my father was Swiss but lived virtually all his life outside Switzerland before we all arrived in 1971 when I was four. My parents met in Bombay in the sixties and were crazily in love with each other for all their life.

Apart for a stint as trade commissioner in India where he met my mother, my father worked most of his life for Nestlé in different countries. Once he got married and I was born, he decided that it was time to “settle down” and the whole family came first to Italy and then finally to Switzerland for the first time, where he worked from the Nestle head office – still travelling a lot. My mother did not work.

As an only child I was always pretty lonely. We lived in the countryside, whilst my school was in town, so it was difficult to interact with any friends outside school time. I was never a daring kid, and always felt a little awkward. At 13 I had to start wearing glasses and ended up in a class where most students were 15 or 16 years old. My teenager years therefore turned out to be pretty tough… I withdrew and felt desperately incapable of “fitting in”.

2.  As a child did you have any driving ambition? What did you want to be?

A car designer. From 4 to 18 I sketched and drew cars all the time. It was my calling. When I turned 18 and finished school, the Pasadena Art Center college of design (THE most famous car design college in the world) opened their European campus in Switzerland 20 minutes from where we lived. It was insanely expensive and my parents did not have the means, but they told me they would try to find the money for it. I did not feel I could ask them for that sacrifice, so I did a masters in micro-technology engineering instead.  And found watchmaking during that tenure…

3.  What is your first memory as a child?

Around 3 ½ years old, opening the fridge door (that handle was so high !) and trying to get my finger dipped into the Nutella pot before my dad or mum’s big hand would catch me by the collar and lift me out of it.

4.  Have you ever had another profession? what did you do?

Since university, 26 years ago, I have been in watchmaking.

5.  What made you choose to become a _creator_ ? Who have you worked for in the past? What made you decide to go it alone.

The realization around 35 that the little kid who dreamt of being a creator had sold out and become a marketer. For 7 years at JLC and 7 years at HW I always created products by focusing on what the market wanted and what would sell, instead of what I would have liked to create. And it did not make me proud at all. Also I realized that the very respectful and honest values my parents had tried to pass on to me were way too often being trampled by a lot of unscrupulous people in my industry and that for multiple reasons I had to put up with them. That clearly had to stop. Hence I called my brand MB&F (& Friends) even though everyone told me it was the worst name ever for a watch brand… !

6.  What’s the worst job you’ve had to do?

As a youngster to earn a living I was a cinema usher during weekday evenings, a hifi-salesman on Saturdays, and would give math private tuition during lunch breaks. I actually enjoyed every one of those jobs. At 24 my first real job was Product Manager at Jaeger-LeCoultre, and it turned out to be a real epiphany. I had found my path, a surrogate family and a meaning to my work.

I really do not like everything administrative (accounting, legal, processes, mrp systems, etc…). I procrastinate and always end up doing it badly. I need to surround myself with people who love doing all that and be way better than me at it.

7.  What’s been the hardest moment in your life so far, how did you over come it?

There have been some very tough years at MB&F – some where we were close to bankruptcy – but nothing was ever as hard as my first year at Harry Winston. At age 31 I left the comfort of JLC to take over their timepiece division to discover it was virtually bankrupt, and the brand was put on sale a few weeks later. The New York head office was experiencing such difficulties that it could not help us at all. I was basically told “you save the company or we put it bankrupt”.  We had the wrong product, the wrong suppliers, nearly only the wrong retailers, a small demotivated team who all wanted to leave and could barely pay the salaries at end of the month. And to top it up, apart for Mr. Winston himself and our C.O.O. Robert Benvenuto, everyone in the company wanted the timepiece division to be shut down. It was an insane battle to bring it back from the brink of bankruptcy. After three months of 18 hours work a day I got a massive stress related ulcer but there was no choice than to continue battling ahead. It took the better part of 14 to 16 months to start seeing light at the end of the tunnel. 1998-1999 were horrible years, but having survived them, it gave me the courage six years later to create my own adventure. Am not sure I would have taken that next step, if I had not known what sort of stress levels I could sustain.

8.  Who has had the strongest influence on you? who are your inspirations. ?

Clearly my parents as far as values go. Unfortunately like most youngsters I realized that way too late in life. Too busy constructing myself and being angry at too many people.

Professionally Günther Blümlein and Henry-John Belmont nurtured me during my early years at Jaeger-LeCoultre. My love of great products comes from them, my quest for value-for-money and integrity also. I was so lucky to have started in watchmaking in an era pre-publicly owned groups, where we never ever discussed how to make more money, just how to first save the company and then how to build it.  And the only way we knew was to create fantastic products.

9.  What are you most proud of?

Having upheld at all times the values my parents brought me up with.

10.  What advice would you give to a 20 something someone thinking of taking a similar path as you?

Only do it if it is your passion. Your chances of failure are extremely high so become an entrepreneur only if you think you will have enormous regrets for not trying.
A brand is by far not only a product. One needs an incredible array of talents to succeed, and no single person has all of them. So make sure you have a lot of talented people around you.
Pride is the best ever driver as a creative entrepreneur. Stay far from any decision which would not make you proud.
Karma is a bitch but it can be incredibly positive and powerful, so treat everyone the way you would want to be treated.

11.  Name three things on your bucket list.   

See my daughters find their way and be happy

Create a very innovative piece of watchmaking which could be at much more affordable prices

Say thank you to all those who believed in me, and helped me over the years. So let’s start with you Peter. I will never be able to repay you for your kindness and help. Without you there would probably be no MB&F today.

12.  Where do you think the industry is going to be in 10 years time.

The winter is coming... It seems to me we are at the end of a cycle, where most big players have bought their growth and forgotten, or not dared, to invest in creativity. It seems there will be two sorts of watchmaking: industrial highly marketed volume brands, and artisan highly creative micro-players. In between am not sure there will be much oxygen to breathe.

 1. Quel était la profession de votre père, votre mère?  Décrivez brièvement votre enfance.

Ma mère est indienne, mon père était suisse mais a vécu pratiquement toute sa vie en dehors de la Suisse avant notre arrivée en 1971 à l'âge de quatre ans. Mes parents se sont rencontrés à Bombay dans les années soixante et étaient follement amoureux l'un de l'autre pendant toute leur vie.

En dehors d'un poste de délégué commercial en Inde où il a rencontré ma mère, mon père a travaillé pour Nestlé dans différents pays. Une fois marié et avec enfant (moi), il décida qu'il était temps de «s'installer» et toute la famille vint d'abord en Italie et enfin en Suisse pour la première fois, où il travaillait au siège social de Nestlé - voyageant toujours lot. Ma mère ne travaillait pas.

En tant qu'enfant unique, j'étais toujours assez seul. Nous vivions à la campagne, alors que mon école était en ville, il était donc difficile d'avoir une vie sociale en dehors des heures de classe. Je n'ai jamais été un gamin audacieux et je me sentais toujours un peu mal à l'aise. À 13 ans, j'ai commencé à porter des lunettes et j'ai fini dans une classe où la plupart des élèves avaient 15 ou 16 ans. Mes années d'adolescence se sont donc révélées plutôt difficiles ... Je me suis retiré et je me suis senti désespérément incapable de «m'intégrer».

2. Enfant, aviez-vous une ambition particulière ? Que vouliez-vous faire? 

A car designer. From 4 to 18 I sketched and drew cars all the time. It was my calling. When I turned 18 and finished school, the Pasadena Art Center college of design (THE most famous car design college in the world) opened their European campus in Switzerland 20 minutes from where we lived. It was insanely expensive and my parents did not have the means, but they told me they would try to find the money for it. I did not feel I could ask them for that sacrifice, so I did a masters in micro-technology engineering instead.  And found watchmaking during that tenure…

Un concepteur de voiture. De 4 à 18, j'ai dessiné et dessiné des voitures tout le temps. C'était ma vocation. Quand j'ai eu 18 ans et que j'ai terminé mes études, le collège de design de Pasadena Art Center (LE plus célèbre collège de design automobile du monde) a ouvert son campus européen en Suisse à 20 minutes de chez nous. C'était incroyablement cher et mes parents n'en avaient pas les moyens, mais ils m'ont dit qu'ils essaieraient de trouver l'argent pour cela. Je ne pensais pas pouvoir leur demander ce sacrifice, alors j'ai fait une Masters en ingénierie de la micro-technologie à la place. Et trouvé l'horlogerie pendant ce mandat ...

3. Quel est votre premier souvenir d’enfant?

Autour de 3 ans et demi, ouvrir la porte du frigo (cette poignée était si haute!) Et essayer de plonger mon doigt dans le pot de Nutella avant que la main de mon père ou de ma mère m'attrape par le col.

4. Avez-vous exercé une autre profession ? laquelle?

 Depuis l'université, il y a 26 ans, je suis dans l'horlogerie.

5. Qu’est-ce qui vous a fait choisir le métier d’horloger ? Pour qui avez-vous travaillé dans le passé ? Qu’est-ce qui vous a décidé à choisir votre voie ?

 La réalisation autour de 35 que le petit enfant qui rêvait d'être un créateur avait vendu et devenir un outil de marketing. Pendant 7 ans chez JLC et 7 ans chez HW, j'ai toujours créé des produits en me concentrant sur ce que le marché voulait et ce qui se vendrait, au lieu de ce que j'aurais aimé créer. Et ça ne m'a pas rendu fier du tout. J'ai aussi réalisé que les valeurs très respectueuses et honnêtes que mes parents avaient essayé de me transmettre étaient trop souvent piétinées par beaucoup de gens sans scrupules dans mon industrie et que pour de multiples raisons je devais les accepter. Cela a clairement dû s'arrêter. C'est pourquoi j'ai appelé ma marque MB & F (& Friends) même si tout le monde m'a dit que c'était le pire nom jamais donné à une marque de montres ...!

6. Quel a été votre pire job ? 

En tant que jeune pour gagner sa vie j'étais un cinéaste pendant les soirs de semaine, un vendeur hifi le samedi, et donnais des cours particuliers de mathématiques pendant les pauses déjeuner. J'ai vraiment apprécié chacun de ces emplois. À 24 ans, mon premier vrai travail a été le chef de produit chez Jaeger-LeCoultre, et il s'est avéré être une véritable révélation. J'avais trouvé mon chemin, une famille de substitution et un sens à mon travail.

Je n'aime vraiment pas tout ce qui est administratif (comptabilité, juridique, processus, systèmes mrp, etc ...). Je tergiverse et finis toujours par le faire mal. J'ai besoin de m'entourer de gens qui aiment faire tout ça et être bien meilleurs que moi.

7. Quel a été le moment le plus difficile dans votre vie, et comment l’avez-vous surmonté ?

 Il y a eu des années très difficiles à MB & F - où nous étions proches de la faillite - mais rien n'a jamais été aussi difficile que ma première année à Harry Winston. À l'âge de 31 ans, j'ai quitté le confort de JLC pour prendre le contrôle de leur garde-temps afin de découvrir qu'il était virtuellement en faillite et que la marque a été mise en vente quelques semaines plus tard. Le siège social de New York éprouvait de telles difficultés qu'il ne pouvait pas nous aider du tout. On m'a essentiellement dit: «Vous sauvez la compagnie ou nous la mettons en faillite». Nous avions le mauvais produit, les mauvais fournisseurs, presque seulement les mauvais détaillants, une petite équipe démotivée qui voulait partir et qui pouvait à peine payer les salaires à la fin du mois Et pour compléter, à part pour M. Winston lui-même et notre C.O.O. Robert Benvenuto, tout le monde dans l'entreprise voulait que la division horlogère soit fermée. C'était une bataille folle pour le ramener au bord de la faillite. Après trois mois de travail de 18 heures par jour, j'ai eu un ulcère lié au stress, mais il n'y avait pas d'autre choix que de continuer à me battre. Il a fallu une bonne partie de 14 à 16 mois pour commencer à voir la lumière au bout du tunnel. 1998-1999 ont été des années horribles, mais après leur avoir survécu, cela m'a donné le courage six ans plus tard de créer ma propre aventure. Je ne suis pas sûr que j'aurais pris cette prochaine étape, si je n'avais pas su quel genre de niveaux de stress je pourrais soutenir.

8. Qui a eu la plus forte influence sur vous? Quelles sont vos plus grandes inspirations?

Clairement mes parents en ce qui concerne les valeurs. Malheureusement, comme la plupart des jeunes, je me suis rendu compte que trop tard dans la vie. Trop occupé à me construire et à être en colère contre trop de gens.

Professionnellement Günther Blümlein et Henry-John Belmont m'ont nourri pendant mes premières années à Jaeger-LeCoultre. Mon amour des bons produits vient d'eux, ma quête de valeur-pour-argent et d'intégrité aussi. J'ai été tellement chanceux d'avoir commencé dans l'horlogerie dans une autre d'époque, où nous n'avons jamais discuté comment gagner plus d'argent, mais plutôt comment sauver l'entreprise et ensuite comment la construire. Et la seule façon que nous savions était de créer des produits fantastiques.

9. De quoi êtes-vous le plus fier?

 Avoir respecté à tout moment les valeurs que mes parents m'ont données.

10. Quels conseils donneriez-vous à un jeune de  20 ans qui désire suivre une voie semblable à la vôtre ?

Ne le faites que si c'est votre passion. Vos chances d'échec sont extrêmement élevées alors devenez un entrepreneur seulement si vous pensez que vous aurez d'énormes regrets de ne pas essayer.

Une marque est de loin non seulement un produit. Il faut un incroyable nombres de talents pour réussir, et personne ne les a tous. Alors assurez-vous que vous avez beaucoup de gens talentueux autour de vous.

La fierté est le meilleur conducteur en tant qu'entrepreneur créatif. Restez loin de toute décision qui ne vous rendrait pas fier.

Dans la vie on récolte ce que l’on sème, mais la vie peut être incroyablement positive et puissante, alors traite tout le monde de la façon dont tu voudrais être traitée.

11.  Nommez trois choses que vous aimeriez accomplir ?  

Voir mes filles trouver leur chemin et être heureux

Créer une pièce d'horlogerie très innovante qui pourrait être à des prix beaucoup plus abordables

Dites merci à tous ceux qui ont cru en moi, et m'a aidé au fil des ans. Commençons donc avec toi Peter. Je ne serai jamais capable de te rembourser pour ta gentillesse et ton aide. Sans toi, il n'y aurait probablement pas de MB & F aujourd'hui.

12. Où pensez-vous que l’industrie va être dans 10 ans?

L'hiver arrive ... Il me semble que nous sommes à la fin d'un cycle, où la plupart des grands acteurs ont acheté leur croissance et ont oublié, ou n'ont pas osé, investir dans la créativité. Il semble qu'il y aura deux sortes d’horlogerie : des marques de volume industrielles très commercialisées et des micro-joueurs très créatifs. Entre je ne suis pas sûr qu'il y aura beaucoup d'oxygène à respirer.


You can learn more about MB&F click on www.mbandf.com